Au fil de l'eau

Singapour, l’Asie occidentale.

Hello tout le monde !

Un seul bras de mer sépare la Malaisie de Singapour. Pourtant, l’écart culturel est bien plus grand que ces centaines de mètres d’eau. En effet, cette ville surprenante a su s’adapter à son environnement. Située sur une île à la pointe sud de la péninsule Malaise, la cité-état ne possède aucune ressource naturelle mais fait partie des pays les plus riches et développés de la planète.

L’histoire de Singapour est similaire à celle de la Malaisie : depuis le XVIIIème siècle, elle a été occupée successivement par l’empire Thaï, puis colonisée par les Hollandais et enfin par les Britanniques (au passage, ces derniers peuvent remercier Napoléon : en conquérant l’ensemble de l’Europe, les Pays-Bas, qui avaient colonisé la majorité de l’Asie du sud-est, se sont refermés sur eux-mêmes, laissant leur empire à la merci de ces bons sujets de la reine Élisabeth !). Ainsi, en 1819, Sir Raffles (qui aura donné le nom à une petite place sympathique au milieu des gratte-ciels) a racheté aux Hollandais l’île de 585 km2 pour l’équivalent de la modique somme d’un smic.

La suite est presque logique : située au carrefour de l’océan indien et de la mer de Chine, l’île est imposée comme lieu incontournable pour le commerce sino-européen. Et l’accumulation de richesse a permis au petit pays de se développer plus rapidement que ses voisins. Aussi, son indépendance en 1965 eu lieu contre gré. En effet, après la seconde guerre mondiale, Singapour est intégrée à la Fédération des États de Malaisie. Après 20 ans, les Malais de la péninsule ne veulent plus de cet état sous tutelle britannique, et les forcent à l’indépendance. D’ailleurs, les vestiges de cette situation sont présents dans la ville : les immenses bassins qui servent de réserves d’eau douce. Pour les forcer à quitter la fédération, les Malais ont tout simplement coupé l’alimentation en eau potable de l’île. On ne les y reprendra plus !

Aujourd’hui, l’île est recouverte de gratte-ciels mais la jungle tropicale occupe encore la majorité de l’île et s’immisce dans les rues de la ville. Deuxième pays le plus densément peuplé après une autre cité-état (bière + grenadine) (= Monaco pour les non-initiés à la bière comme Clémence…), la ville se revendique « Home away from home ». Terre d’accueil de très nombreuses entreprises occidentales et startup en tous genres, le melting pot est l’âme de la cité.

Après cette mise en contexte géopolitico-graphico-économico-cocorico-historique (appelez-moi Voltaire)(référence au chapitre 1 de Candide), it’s time to talk about our séjour là-bas.

Avant tout, une seconde mise en contexte est nécessaire. Avant notre arrivée à Melacca, Clémence a envoyé quelques messages sur Facebook afin de contacter la communauté française de Singapour. A côté du lien de notre blog pour expliquer notre voyage, elle promettait bonne humeur et gâteau au chocolat contre un lit et l’accès à une douche. Dans l’heure qui suit, Emilie et Romain proposent de nous accueillir ! Eux-mêmes ont achevé leur propre tour du monde il y a 6 ans, alors entre backpackers rêveurs, on se comprend… Une seule petite demande de la part d’Emilie en contrepartie : les amoureux gardent un souvenir ému de l’amok dégusté au Cambodge 6 ans plus tôt et aimeraient le goûter à nouveau. Qu’à cela ne tienne !

Chose promise, chose due.
Chose promise, chose due. Dégustation de l’amok.

Ainsi, nous voici logés par Émilie et Romain, et leur petit gars, Oliver, dont on a fêté les deux ans lors de notre séjour ! Nous avons trois jours complets à Singapour, que nous allons partager entre visite de la ville, et profitage de la piscine et de la cuisine de leur logement. En effet, les « condominiums » sont des immeubles en co-propriétés, avec piscine commune, salle de sport, terrains de tennis, garages, le tout avec accès sécurisé et petite fontaine champêtre.  Bref, nous aurons été tout à fait logés comme des rois par nos hôtes. Et pour les remercier de ce superbe accueil, Clém passe aux fourneaux afin de préparer quelques cookies, gâteau au chocolat et autre fondant à l’orange. Comme à la maison quoi. Aussi, nous cuisinerons notre premier Amok, dont la recette vient du blog (de l’auto-cuisinage quoi), et c’était VACHEMENT bon ! Pour le réaliser, nous allâmes au marché acheter les épices, condiments, poulets et lait de coco. C’est une autre façon de visiter, de nous mélanger aux habitants Singapouriens (les occidentaux font généralement les courses dans les supermarchés, ou même envoient les nanny s’en occuper pour eux). Ainsi, du manger, comme d’hab, et de la balade dans les rues de la ville : jardin botanique, HLM des quartiers Est chez Manon (plus de 40 étages avec vue imprenable sur la ville, très très grand appart’ = HLM de qualité), parcs, quartier d’affaires, quais doucereux, coucher de soleil sur la ville sublime.

created by dji camera
Marina Bay Sands by day.
created by dji camera
Mise au vert de l’hôtel.
_MG_2464
L’orage gronde sur les « condominiums ».
created by dji camera
Marina Bay Sands by night.
Screenshot_20190314-203056~2
Marina Bay Sands by night mais de façon cheloue.

Notre séjour avait un air de « comme à la maison » avec l’appartement d’Emilie et Romain, et malgré tout l’ambiance du voyage et de la découverte.

Clémence se joint à moi pour remercier nos supers hôtes, et nous espérons vous croiser bientôt ! Nous reprenons nos sacs, notre linge propre et nous dirigeons vers l’avion direction Yogyakarta, sur la côte Sud de Java : Indonésie nous voici !

Bises à toutes et à tous.

Léo.

1 réflexion au sujet de “Singapour, l’Asie occidentale.”

  1. Merci de cet aperçu historique qui permet de comprendre l’originalité de cette « v-Île »… Les réseaux sociaux permettent souvent de belles rencontres, si loin des dérapages dont on nous abreuvent. Je n’ai pas compris comment vous avez réalisé la photo bizarre de Marina Bay Sands… Sorte de joyau dans un écrin marin…Bonne suite javanaise. Bises. Papa, Dom

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.