Au fil de l'eau, Déguster

Malaisie péninsulaire : une semaine (et un peu plus) sur l’île de Penang

Welcome back everyone and everyonesse.

Nous voilà arrivés à Penang, grande île du nord de la Malaisie occidentale, dans la mer d’Andaman. Bon, oui, nous sommes seulement 200 kilomètres au sud de Krabi. La boucle est bouclée ! Enfin, la petite boucle de l’Asie du Sud-Est quoi. Avant notre arrivée, nous ne nous étions renseignés sur strictement rien. Ainsi, depuis l’aéroport au sud, nous avons rejoint la principale ville de l’île, Georgetown. Comme son nom le laisse penser, et comme nous l’avons découvert, les Britanniques ont fondé la ville en 1786. Utilisée comme comptoir par la compagnie anglaise des Indes orientales, les Chinois et les Indiens se sont vites mélangés à la population malaise. La ville est donc un tableau de bâtiments coloniaux, de shophouses chinoises et de restaurants indiens.

Voici quelques photos pour vous permettre de sentir l’ambiance de la ville : des carreaux, des lanternes, des façades britanniques…

J’en arrive donc au principal intérêt de la ville : le manger ! Nous qui ne devions rester que cinq jours, nous avons prolongé de quatre jours notre séjour. Nous nous sommes dit « la bouffe est bonne, la chambre est confortable, c’est pas trop cher, alors on reste plus longtemps ». C’est un conseil que Damien (notre ami de l’Australie) a suggéré : si tu es bien dans un endroit, restes-y et profites. En effet, les transports sont une partie très importante du budget de notre voyage. Nous avons adoré nous balader dans les rues, et nous arrêter pour manger en street food, mais aussi dans les restaurants indiens. Oui, on  a beaucoup mangé indien parce que c’est bon. Et Clém et moi avons goûté toutes les déclinaisons du roti (fine pâte à pain feuilletée) :

  • roti canai (roti nature),
  • roti telur (roti à l’œuf),
  • murtabak ayam (roti au poulet façon calzone),
  • murtabak veggies,
  • roti telur bawang (roti œuf-oignons),
  • roti tisu (roti sucré avec du lait concentré sur le dessus, en forme de cône).

Bien sûr, pour le manger indien, on a eu droit aux naans (garlic, cheese, kashmiri...), au poulet tandoori, à différents dahls et aux thali (des assortiments de plein de petits plats). Clémence s’est spécialisée dans la dégustation des « pains » et « crêpes »de toute sorte : les rotis, les naans, les chapatis (un peu comme une tortilla de maïs), les thosaï (l’équivalent d’une crêpe) ou encore l’oothappam, qui ressemble à un blini un peu aigre.

 

On aura aussi goûté les plats malais. Ici, les fried rice et les fried noodles s’appellent nasi goreng et mee goreng (donc goreng, ça veut dire « frit », t’as vu), mais n’ont pas vraiment le même goût qu’en Thaïlande. Le riz (nasi) accompagne bien souvent les plats, et le nasi lemak se mange au petit déjeuner : du riz à la coco, accompagné de sa sauce tomate piquante et de ses cacahuètes.

Enfin, les buffets sont très nombreux ici (comme sur la photo en bas à droite) : on ne sait jamais vraiment ce que l’on va manger, les serveurs sont très speed mais… on n’a jamais eu de mauvaise surprise, et c’est même souvent très bon !

La ville est aussi réputée pour son street art dont voici quelques peintures non-rupestres.

L’île de Penang et son mélange architectural et gustatif nous ont donc vraiment plus. Mais on n’a pas fait que manger hein, on a aussi pris le bus pour aller au nord de l’île afin de visiter une ferme aux papillons. Aussi, nous sommes montés au sommet de Penang Hill (la colline de Penang en anglais) en utilisant le funiculaire. La vue y est tout à fait champêtre et nous aurons eu le contentement de croiser des familles de singes toutes mignonnes.

_MG_1966_MG_2003_MG_2022IMG_1992

Et voilà, comme disent les Anglais. Il est temps pour nous de quitter l’île de Penang et de nous diriger vers les Cameron Highlands et ses plantations de thé. Après le manger, le boire !

Bises à toutes et à tous.

Léo.

1 réflexion au sujet de “Malaisie péninsulaire : une semaine (et un peu plus) sur l’île de Penang”

  1. J’ai un coup de cœur pour les peintures qui autorisent des mises en scène cocaces , mais aussi pour les superbes papillons, et les singes espiègles, et encore pour « le manger » ,
    bref 💛💚 pour toutes ces belles et bonnes choses qui nourrissent vos regards et estomacs !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.