Au fil de l'eau

Ha Giang loop, à la découverte de l’extraordinaire Nord du Vietnam.

Salut toi !

Prends tes valises et de quoi bien te couvrir, je t’emmène dans les montagnes du Nord du Vietnam. SPOILER ALERT : tu sais quoi ? Le Nord du Vietnam, c’était trop bien !!!!! J’espère réussir à rendre justice à ces 9 jours passés sur la route de la boucle de Ha Giang, entre copains, à califourchon sur nos moto et scooter.

Il y aura de nombreuses photos pour illustrer cet article, mais encore davantage dans la catégorie Rêver, car on a tant de photos qu’on aime de ce petit voyage, qu’on a du mal à choisir ! Montagnes sculptées par les rizières en terrasse, ciselées… Paysages grandioses et montagnes qui s’étendent à perte de vue sont au rendez-vous aujourd’hui. Tu es prêt-e à voyager ?

10 jours de scooter

L’histoire commence donc à Hanoï, où nous trouvons un scooter à louer pour 8$ à la journée. Nous le louons pour 9 jours, afin de faire la route jusqu’à Ha Giang (en deux jours), puis cinq jours de cette magnifique boucle, et enfin, le retour à Hanoï.

Pour circuler plus légèrement, nous n’emporterons avec nous qu’un gros sac à dos et laisserons le deuxième à notre auberge à Hanoï : c’est une pratique très courante. Nous posons tout de même un cadenas sur le sac laissé derrière nous, histoire de ne pas forcer le destin. Mais sans y laisser les clés dessus, n’est-ce pas Léo ? (ceux qui savent, savent.).

Rendez-vous ici pour voir sur la carte la route que nous avons effectuée.

Jour 1 : 156km

Nous partons donc de Hanoï pour retrouver Thomas et Amélie, et nous diriger vers Tuyen Quanh, notre étape sur la route de Ha Giang.

_MG_1279
On commence en douceur : paysage sympathique.
_MG_1282
Les premières montagnes font leur timide apparition…

Nous y passerons une soirée mémorable, très arrosée par l’alcool de riz : nous avons en effet été invités chez le frère de notre hôte. Nous nous retrouvons au milieu de groupes d’hommes ayant eux-mêmes commencé à boire… depuis 1 semaine sans interruption. Nous y apprenons entre autres à souhaiter une bonne année en vietnamien : « chúc mừng năm mới ». Du ôté de la nourriture, pas de soucis, on est dans le typique : poulet avec les os, intestins de chèvre crus, canard avec ses os, pistaches rôties dans du sang… heureusement, il y avait aussi des nouilles de riz nature hihi.

Nous ferons une petite partie de volley dans la nuit chez des gens que nous ne connaissons pas, avant d’aller nous coucher. Il est 20h30 : les soirées commencent et finissent tôt par ici !

Jour 2 : 174km

Le lendemain, direction Ha Giang ! Nous longeons le lac, c’est très sympathique, mais c’est à partir du jour suivant que la véritable boucle démarre ! Notons tout de même qu’il s’agissait de la journée de nos six ans d’amour, avec Léo (coin coin), et que nos supers copains nous ont offert un petit gâteau pour fêter ça [on en a parlé sur Instagram] ! Eh bah c’était super gentil !

Jour 3 : 82km

Ce soir, on dort à Yen Minh. La route est belle, on passe par des cols, on aperçoit nos premières rizières. On prend nos premières photos, et c’est le kiff. Léo bénéficie de sa première initiation au drone, grâce au très pédagogue et meilleur commercial Thomas. Ça commence à nous titiller sérieusement cette histoire de drone… surtout quand on voit les premières images sur le téléphone de Thomas : tout semble plus beau vu de haut. Et surtout, les rizières, qui sont extrêmement filmégéniques. En arrivant à Yen Minh, nous avons la surprise de trouver une auberge flambant neuve, ouverte il y a seulement deux jours. Si neuve, qu’il n’y a même pas de chaises ni de tables sur le rooftop … mais avec une baignoire dans la chambre !!!

_MG_1315
Une photo d’art.
DSC02084
Aïe, on commence à avoir sérieusement envie d’un drone… Et Thomas qui le fait essayer à Léo…!
_MG_1351
Une coulée de rizières au coeur du village de Yen Minh.

Jour 4 : 88km

Aujourd’hui, on va aller titiller la frontière chinoise vers Lung Xu, puis ce soir, nous dormirons à Dong Van. Et là, je vous le donne en mille, nous avons vu des paysages magnifiques, qui nous ont estomaqués. Ces montagnes ciselées, toutes en nuances et superpositions, avec ces plateaux de rizières en terrasse au premier plan… Ça nous a immédiatement parlé.

_MG_1388
Wouaw. Le premier col de la journée !
_MG_1402
Amour éternel.
_MG_1349
Les fameuses!

J’ai même écrit un petit texte sur la route, pour décrire mon état. Ca peut paraître excessif, mais c’est comme ça que je me sentais.

« je manque de mots »

Des larmes qui montent, des mots qui manquent. Le souffle court et l’interrogation : cela existe-t-il vraiment ? Tout y était. Dans ces paysages, tout y était pour me remplir d’émotions : la profondeur, le soleil qui perce, les couleurs, la grandeur. C’était beau. Non, je n’avais jamais rien vu d’aussi beau. Et personne ne m’a dit que ça existait. J’en ai tremblé, j’en ai soupiré, j’en ai eu la chair de poule. Je me suis sentie petite, vivante, vibrante. J’en ai presque eu mal tellement j’étais heureuse. Dans mon cœur, le raz de marée d’émotions contradictoires. Ai-je vraiment mérité une telle vue ? La détresse face au sublime, face au grandiose. J’envoyais des baisers aux montagnes, puis je retenais ma respiration. Comment exprimer une telle joie ?  J’avais envie de crier, j’avais envie de pleurer, de mourir, de vivre. Aujourd’hui, j’ai été cueillie. C’est donc ça l’extase ?

Oui décidément, aujourd’hui plus que jamais, je ne regrette pas d’être partie. J’ai eu mal au ventre tellement c’était beau.

Tu en reprendras bien un peu ?

DSC02282
DSC02285
Des montagnes aux rizières
DSC02290
Alors là, c’est le POMPOM non ?

La route qui nous attendait le lendemain était censée être la plus belle de la boucle (d’après tous les blogs de voyages consultés auparavant). Moi, je me le demandais : comment est-ce que ça peut être plus beau ? Qu’est-ce qui peut me surprendre davantage ? Ne suis-je pas déjà au maximum de ma capacité d’appréciation ? (oui, je me le suis réellement demandé) Pourrai-je apprécier toutes ces merveilles à leur juste valeur ? Doit-on faire une pause dans a beauté, pour mieux l’apprécier ?

Jour 5 : 32km

Trente-deux kilomètres, mais pas n’importe lesquels !! Je crois bien que nous avons mis 6 ou 7 heures à les parcourir, tant nous nous sommes arrêtés pour contempler et prendre des photos. Nous avons en effet traversé le « Ma Pi Leng Pass », ou le col de Ma Pi Leng, étape sublime par excellence. Nous avons même opté pour le « Sky path », un chemin fou ! ll faut vraiment être fou pour s’y aventurer, mais que d’émotions ! Somptueux, impressionnant, « rapetissant », sexy… on a du mal à le décrire. Le mot qui résume le mieux notre ressenti, finalement ce serait : « vertigineux ». Pour le reste, laissons parler les photos.

_MG_1497
Wouaw.
DSC02399
Thomas et Amélie en action sur le fameux Skypath de Ma Pi Leng !
_MG_1434
La route sinueuse : un vrai plaisir à moto !

Le soir, nous dormons à Meo Vac.

Jour 6 : 70 km

Nous sommes dimanche ! Et le matin, Amélie et moi nous retrouvons donc à 7h pour participer au marché ethnique de Meo Vac. Très impressionnant, il s’agit en effet de LA rencontre hebdomadaire de tous les habitants des villages nichés dans les montagnes alentours. Les représentants des 54 ethnies que compte le Vietnam se côtoient alors dans le marché, tous habillés en habits du dimanche. Couleurs, coiffures, bijoux… tout permet de les identifier et de signaler leur appartenance à telle ou telle ethnie. Le marché est en réalité un joyeux bordel (pardon my French, comme disent les Anglais), où tout le monde pousse, se bouscule, crie… à l’asiatique, quoi ! Nous nous faisions la réflexion qu’en France, personne ne supporterait une telle proximité, une telle bousculade. Les gens se touchent, se poussent dans les allées où il y a la queue, et je ne vous cache pas que notre réflexe premier est d’avoir envie de se retourner pour dire : « attendez 2 minutes, pas la peine de pousser, ça n’avance pas devant ! ». Mais non, pas ici. Ici, on n’attend pas, et quand tu penses qu’il n’y a pas la place pour qu’une personne passe, c’est même un scooter qui parvient, on ne sait comment, à se frayer un chemin !

DSC02428
« Ha ouais ? Comme ça, de bon matin ?! »
DSC02447
Coucou toi !
DSC02449
Une dame des Lolos Noires.

Après le marché, direction du Gia, un tout petit village caché au cœur des montagnes.

Mais avant le départ, quoi de mieux qu’une petite frayeur : Léo me rejoint afin de préparer le scooter. Le problème, c’est que le scooter n’est plus là. Léo s’énerve rapidement (pour une fois). Je vais voir la petite dame de notre auberge qui nous dit tout simplement (par gestes), que le scooter, non verrouillé, a sûrement été volé. Or, ce qu’il faut savoir, c’est qu’au Vietnam, les gens passent leur temps à déplacer les motos et scooters ! Léo, observateur, n’avait volontairement pas mis le U, car personne ne le met afin de pouvoir déplacer plus facilement les véhicules en cas de besoin. Le stress monte, Léo devient tout rouge (si si !) (ça a dû lui rappeler de bons souvenirs…) (ceux qui savent, savent – bis) et à l’instant où j’annonce à Amélie et Thomas que l’on s’est fait voler le scooter, Léo me fait signe, à un bon 150 mètres, qu’il l’a retrouvé. Plus de peur que de mal. Mais tout de même, au milieu de la cohue, ce n’était pas évident ! Allez, départ pour de vrai cette fois.

On ne pensait pas que c’était possible, mais la route était à nouveau sublime, à nouveau différente, à nouveau surprenante… ! C’était presque trop pour nous ! Non, en réalité, ce n’est jamais trop. Mais cette boucle nous a réellement époustouflés. Comme jamais. Ces paysages étaient parmi les plus beaux jamais vus de nos courtes vies.

Voyez plutôt :

_MG_1550
L’image que nous avions en tête en rêvant d’Asie…

Enfin, nous avons besoin de faire une mention spéciale aux habitants de Du Gia. Ils étaient si GENTILS ! Partout où nous nous promenions, nous étions accueillis avec le sourire, et avec des « helloooo », des mouvements de main… Quel plaisir !

IMG_1621
Une idée de l’ambiance…
_MG_1577
Coucou toi !

La famille qui nous a accueillis pour la nuit était très accueillante, et nous y avons si bien mangé ! Un dîner de famille gargantuesque, et adaptés aux occidentaux (oui, parfois, on ne dit pas non. Nous sommes à la recherche de l’authentique, certes, mais il nous faut aussi admettre les différences de goûts et de culture), suivi ensuite d’une MONTAGNE de crêpes pour le petit-déjeuner. Tout cela pour un prix très modeste : 1,10€ le petit déjeuner, pour vous donner une idée.

Jour 7 : 124km     

Aujourd’hui, retour à Ha Giang ! Et par une route assez rigolote pendant quelques mètres : nous roulions sur des cailloux.

Nous y passerons le Têt, le nouvel an vietnamien, chacun de notre côté, Thomas s’étant écroulé de fatigue. Léo et moi trouverons l’hospitalité chez la famille du seul café ouvert à Ha Giang pour une soirée très sympathique. Nous y dégusterons entre autres un poulet vieux d’UN AN ! Quand on sait qu’en France, le poulet de 120 jours est difficile à trouver, et est gage de qualité… Tout était fermé à Ha Giang, mais ailleurs également. De ce que nous en avons compris, le Têt est ici équivalent à notre Noël : on s’y offre des cadeaux, on se retrouve pour plusieurs jours en famille, on s’habille sur son 31 (bon, ok, pas dans ma famille, mais Noël y est un cas particulier, je crois :p), mais surtout, c’est autour du Têt qu’a lieu la semaine de vacances commune à tout le Vietnam. Du 3 au 10 février, cette année, il ne fallait s’attendre à rien. Le « because it’s Têt » (c’est parce que c’est le Têt) s’appliquait à toutes les sauces. Exemples :

  • Il n’y a qu’un seul plat de disponible sur tout le menu ? Because it’s Têt.
  • Votre chambre coûte deux fois le prix qu’elle coûtait il y a
    5 jours ? Because it’s Têt. (véridique : nous sommes allés deux fois à la même auberge à Ha Giang)
  • Il n’y a aucun mécanicien, aucun pressing, aucune station essence, aucun magasin d’ouverts ? Because it’s Têt.

Jour 8 : 184km

Nous nous arrêtons à nouveau à mi-chemin entre Ha Giang et Hanoï, mais pas au même endroit, cette fois-ci ! Dans ce dernier homestay de la boucle, nous aurons le droit à une soirée digne de ce nom, alliant karaoke (Amélie en rêvait) et happy water coulant à flots. Le lendemain fut plus ou moins difficile pour certains, mais… c’est une autre histoire !

_MG_1658
Ce que nous avons tant aimé : les superpositions de montagnes.

 

_MG_1412
C’est l’occasion de vous présenter Amélie et Thomas ! Vous en saurez plus à la fin de l’article

Jour 9 : 161km

Retour à Hanoï ! Ce fut un peu sportif pour trouver une station essence ouverte, mais nous y sommes parvenus !

J’en profite pour vous faire une mini compilation des petites rencontres de bord de route qui font la beauté du voyage :

DSC02119
Tout est dans le regard.
DSC02125
De génération en génération.
_MG_1363
Deux enfants que j’ai dessinées (cf article précédent)
_MG_1342
Un des nombreux enfants rencontrés, qui travaillent dans les champs.

Alors, heureux ?

Ces journées sur le scooter, au-delà de faire un peu mal au fisseps, sont surtout ponctuées de pauses. Des pauses photos, des pauses drones, des pauses pour prendre le temps de s’émerveiller, des pauses pour rencontrer les personnes qui parcourent vaillamment ces routes escarpées à pieds. Car en effet, à chaque virage, c’est un nouveau paysage qui nous fait face, et que nous savourons avec grand plaisir. Nous prenons également le temps de bifurquer, de dévier de la route initialement prévue, d’aller parler aux enfants dans les champs.

Définitivement, le scooter ou la moto, en Asie, c’est la liberté. Toutes les boucles que nous avons faites en scooter arrivent très haut dans la liste des choses que nous avons adorées en voyage !

Mais il faut bien l’admettre : la boucle d’Ha Giang a une saveur particulière.

Quelques réflexions que m’ont inspirée ces quelques jours dans une région reculée, très modeste, où les enfants travaillent dans les champs dès le plus jeune âge, et où les toits sont faits de feuilles de palmiers, et les murs en terre cuite :

  • Rien n’est vraiment grave : si tu as un toit, de quoi manger et la santé, le reste est accessoire. Ce n’est que du superflu. Il s’agit de sagesse populaire : tout le monde sait cela, bien sûr. Mais le voyage, ça aide à relativiser et à le ressentir. Savoir théoriquement et ressentir au plus profond de soi, ce n’est pas la même chose.
  • On voyage pour que tous ces noms barbares (étrangers), qui deviennent familiers : des souvenirs, des visages et des états d’âmes. Les noms Yen Minh et Meo Vac ne vous disent rien, naturellement. Pour nous, ce sont devenus des gens, des moments.
  • La dignité, c’est de voir ces habitants d’un petit village qui vivent dans la terre et sans monnaie passer le balai entre les maisons. Et s’occuper si bien du peu qu’ils ont, mais qui leur suffit.

La suite du voyage avec une moto dans les valises ?

Bon ben oui, on a acheté la moto des Chakaouète… Pour les 10 jours qu’il nous restait au Vietnam, oui oui. On vous expliquera par la suite pourquoi, comment elle a roulé avec nous, et surtout, si on a réussi à la revendre sans perdre d’argent dessus !

Nos équipiers (présentés par Léo, rien que ça !)

Leur team, c’est Chakaouète. Amélie et Thomas. 27 et 31 ans. Bordelais. Leur domaine c’est la qualité et la kiné. Mais surtout : voyageurs. Nous les avions rencontrés à Chiang Mai, lorsque nous rendions notre scooter à la suite de la boucle de Mae Hong Son. Ils prévoyaient de faire le loop, alors on leur avait donné tous les conseils possibles, notamment le lever de soleil mémorable sur Doi Inthanon (confère l’article dédié pour les poissons rouges !). Nous devions aller à la gare routière, et Thomas nous y avait gentiment amenés un par un. Clémence donc sympathisé avec Amélie tandis que Léo et Thomas étaient en route pour la gare. Nous avons échangé nos Instagram respectifs (« Oh, il est stylé votre logo » ; « le vôtre aussi ! »). On se sépare donc à Chiang Mai, et on discute régulièrement tandis que l’on s’éloigne. Jusqu’à finalement se retrouver au Vietnam. « Vous voulez aller dans le Nord ? Nous aussi ! Quand ? Mardi ? Parfait ! ». Parfois, c’est facile la vie ! En plus, nous aurons la joie de découvrir leur petit joujou, un drone.

Alors, ça t’a plu le voyage dans le Nord du Vietnam ?

Allez, plein de bisous de l’étape suivante : Cat Ba et la baie d’HaLong !

Clémence

6 réflexions au sujet de “Ha Giang loop, à la découverte de l’extraordinaire Nord du Vietnam.”

  1. Waouuuuuuu trop de nostalgie en lisant ce superbe article ! Très bon travail vous deux on est fan ! Et surtout, merci à vous d’avoir partagé votre gâteau des 6 ans avec nous ! Tu oublies de mentionner les soirées Monopoly endiablées Et les 5 yams record du monde tout de même ! Ahah ! En tout cas c’était juste énorme ce tour dans le nord et on est pas prêts de l’oublier…. merci d’avoir été nos supers coéquipiers et merci pour les petits clins d’oeil dans votre article 😘💙 (ps: Amélie trop heureuse d’être qualifiée de bordelaise et non pas picarde) bisous à vous les copains et bon vent avec ex-black Pearl

    J'aime

  2. Le Nord-Vietnam recèle une saveur particulière entre les paysages qui semblent agir comme un air de musique qui vous touche au tréfond, les rencontres avec ceux qui vous accueillent, le compagnonnage avec Amélie et Thomas. Plus le talent et le plaisir de nous le partager.
    Bonne suite de périple. Papa, Dom

    J'aime

  3. Je viens de lire que deux journalistes ont été arrêtés en Thaïlande pour avoir utiliser un drone, sans doute dans une zone sensible. Veillez au faux-bourdon ! Bises. Papa, Dom

    J'aime

  4. Magnifique récit 💚, ah oui, relativiser et ressentir… Merci de nous faire vivre tout ces moments comme si nous étions à vos côtés . Avec tes mots et tes dessins Clémence, avec les photos de Léo , l’extraordinaire Nord Vietnam , et vos autres périples, ont été accessibles à de nombreuses personnes que je connais ! Et oui, ils ou elles sont plusieurs à vous suivre d’ici ou d’ailleurs, sans se manifester, vous seriez surpris ! alors continuez à les émerveiller, et à nous faire parler de vous les namoureux voyageurs 🥰🥰, because it’s Têt 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.