S'étonner

Ce qui nous a étonnés en Thaïlande

A quoi nous attendions nous ?

– A un pays tout entièrement tourné vers le tourisme, dans lequel il serait difficile d’avoir de réelles interactions avec la population, puisque la logique marchande dominerait les échanges.
– A un pays très tourné vers la mer. La réputation des îles du Sud de la Thaïlande n’est plus à faire (et celle de Bangkok pour faire la fête non plus.).
– A voir des usines, car la Thaïlande nous apparaît comme un grand pays exportateur. (D’ailleurs, ce n’est pas qu’une impression : pour information, les exportations pour l’ensemble de l’année en 2017 ont affiché la plus forte croissance en six ans, à 9,9%, s’élevant à 236 694 millions de dollars, soit un excédent commercial de 13 930 millions de dollars)

Qu’est-ce qui s’est avéré exact ?

Il est arrivé certaines fois que l’on nous prenne ostensiblement pour des porte-monnaie sur pattes. Cela peut se comprendre, et nous n’avons pas toujours cherché à négocier durement quand nous estimions que cela n’en valait pas la peine, et que la différence entre le prix « juste » et celui demandé (avec malice) était dérisoire. Pour autant, parfois, nous nous sentons tout de même pris pour des jambons.

Ainsi de ce marché de nuit devant la mosquée à Ao Nang où nous demandons deux samossas : le vendeur nous les vend 20 baht (50ct) puis l’appel à la prière démarre et il s’éclipse aussitôt. La nouvelle vendeuse prend le relais et nous demande 50 baht. Nous expliquons que le monsieur d’avant nous les vendait deux fois moins cher, et elle éclate de rire en acceptant notre billet de 20 baht.

Ou encore ce bus dans lequel j’écris, qui nous emmène à la frontière laotienne. Le prix indiqué partout est de 65 baht, mais le chauffeur refuse que nous payions à la montée du bus. Après avoir roulé 10 minutes, il s’arrête sur le bas-côté (au milieu de nulle part) et passe nous faire payer nos tickets… 100 baht! Il faudra qu’une autre passagère thaï prenne notre défense pour que nous puissions payer le prix « normal ». Tiens, d’ailleurs, anecdote typique de la vie en Thaïlande : lors de ce même trajet, le bus s’arrête de lui-même au sommet d’une côte. Le chauffeur descend 5 minutes puis remonte et l’on repart… Juste pour 100 mètres, avant que le moteur ne s’arrête et que nous ne parcourions 200 mètres en roues libres… Jusqu’à la station essence ! Nous étions tout simplement en panne, mais au bon endroit. Il s’avère que les compteurs du panneau de bord sont HS. Le chauffeur roule donc à l’aveugle pour l’essence.

Par ailleurs, le sud de la Thaïlande, avec ses îles à l’Ouest comme à l’Est, est en effet très tourné vers la mer. Paysages paradisiaques, poissons à déguster, plongées, couchers de soleil et noix de coco sur la plage sont bel et bien au rendez-vous. (avec la foule qui va avec, bien entendu !)

Qu’est-ce qui nous a surpris en général ?

Pour commencer, nous n’avons pas vu une seule usine ! Peut-être ne ressemblent-elles pas à celles que nous connaissons.

Énormément de coins de nature sont préservés, pour peu que l’on s’éloigne un peu des circuits touristiques classiques. Ils s’offrent également à nous, dénués de toute population occidentale, après seulement 15 à 20 minutes de scooter, généralement.
Nous ne pensions pas qu’il y avait autant de montagnes en Thaïlande. Pourtant, nous avons pu rouler sans interruption pendant 4 jours et près de 700 km dans les montagnes du Nord de la Thaïlande et en prendre la mesure !
D’ailleurs, les routes sont majoritairement neuves et en très bon état !
Quelque chose qui nous a marqué, dans le mauvais sens, c’est la sur-consommation de plastique et la production de déchets qui s’ensuit… Même les bananes sont systématiquement emballées (alors qu’on pourrait se dire qu’elles ont déjà une peau-protection..!). Par ailleurs la gestion des déchets est extrêmement bonne… dans les lieux très touristiques. Dès lors que l’on s’éloigne des espaces estampillés pour les touristes, les déchets s’amoncellent tristement.

Qu’est-ce qui nous a surpris chez les gens ?
Ils ne parlent quasiment pas anglais ! Surprenant pour un pays si touristique !
Le rire, les sourires et la bonté ! Bien souvent, notre méfiance « il va nous demander le double parce qu’on est des touristes » s’est avérée infondée. Bon. Pas tout le temps non plus ! Et puis parfois, nous acceptions aussi tout simplement notre statut de touriste aisé, et nous disions que cela aiderait une famille. Ainsi de notre réceptionniste d’hôtel, l’autre matin : nous avions commandé la veille un taxi pour nous rendre au temple blanc de Chiang Rai pour 7h30. En arrivant à l’heure prévue, le réceptionniste nous annonce fièrement que ce serait lui qui nous emmènerait, tout en nous expliquant qu’un taxi nous ferait payer 150 baht, et que lui nous conduirait pour seulement 100 baht. Que l’information soit vraie ou non, nous ne le saurons jamais ! Nous demandons simplement à ce qu’il nous emmène pour 80 baht, et il accepte tout de suite, tout sourire. Nous nous sommes probablement « fait avoir », mais cela n’a aucune importance, car cela nous a rendu service, et à lui aussi. Finalement notre trajet de taxi ne nous aura coûté que 2€.
De plus, ce qui est incroyable, c’est la disponibilité et la propension à vouloir rendre service des Thaïlandais rencontrés. La veille, nous cherchions un endroit où dormir, car l’auberge que nous avions réservée n’existait…pas. En désespoir de cause, nous entrons dans le jardin d’une maison isolée dans la campagne et mimons notre demande. L’homme qui était dans son jardin, en train de scier du bois s’arrête immédiatement pour venir nous voir, et nous fait même monter sur son scooter (oui oui, à trois sur le scooter, avec nos gros sacs à dos…!) pour nous conduire devant l’hôtel le plus proche ! Cela nous a bien sortis de l’embarras.

IMAG0946_2

Voici, en quelques mots, notre au revoir à la Thaïlande après trois semaines passées dans le pays du roi. Les prochains articles seront au Laos, ce qui réchauffe mon petit cœur ! 🙂

Bisous,

Clémence

PS : Léo n’est pas non plus allergique ni à la mangue ni aux fruits de la passion (!!!!!!!!)

3 réflexions au sujet de “Ce qui nous a étonnés en Thaïlande”

  1. Déjà un mois ! Un petit mois, et vous avez vu, dégusté, analysé, senti et photographié tant de choses en ce beau pays que je ne connaissais pas. vous êtes des sacrés guides pour nous restés au pays . La Thaïlande m’a séduite, next voyage ? (Ben non …😉). Votre grenier se remplit de doux souvenirs, belle continuation de voyage les namoureux.

    J'aime

  2. Vous illustrez avec de belle façon le fait que la découverte, la rencontre mettent le plus souvent à bas toutes les représentations que l’on peut avoir sur les choses, les êtres. C’est un viatique pour le voyageur, et plus généralement, pour tout habitant du Monde… Le rapport à l’argent est évidemment difficile quand on est l’étranger nanti et que les dérapages de ceux qui nous ont précédés n’ont sans doute pas manqué. Passer le Mékong, c’est sans doute franchir les limites d’un univers nouveau à découvrir et apprivoiser. Vu de loin, nous appelons cela Asie du Sud-Est, mais de votre chemin, c’est beaucoup plus subtil. Bonnes pérégrinations au Laos<; bises. papa, Dom

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.