Au fil de l'eau, Rêver

Un tour à motocyclette : le Mae Hong Son loop

Bonjour à tous, et presque joyeux Noël !

Cet article est un featuring avec Clém. Afin de vous dépayser de la fraîcheur et des courtes journées hivernales, ainsi que de la neige abondante de Serre Che, je vous propose donc de nous suivre en photographies légendées (oim) et en poétique routière (Clém) lors de notre boucle autour de Chiang Mai. Nous nous sommes rendus dans les montagnes du nord de la Thaïlande, afin de réaliser le Mae Hong Son loop. Nous avons parcouru 647 km en scooter 150 cc, répartis sur 4 jours.

Honneur à Madame.

Ce qui est trop bien sur les routes, c’est qu’on ne s’ennuie jamais : il y a toujours quelque chose qui se passe ! Soit le paysage est sublime, et la route est bordée d’une végétation luxuriante et très variée, soit un chien passe, trottinant et l’air guilleret, des enfants jouent ou nous dépassons un scooter chargé d’une femme et de trois enfants. Quand ce n’est pas un veau qui s’arrête au milieu de la route, très peu dérangé par le bruit du scooter qui arrive ! Les odeurs évoluent en même temps que le paysage : parfois nous sentons l’ air sec et ambré du bois nu, parfois ce sont les sous-bois moelleux et humides qui s’imposent. A d’autres moments, l’odeur de paille prédomine, accompagnée de la douceur du riz frais des rizières que nous traversons. Mais ce sont aussi des feux de bois qui viennent nous rappeler tantôt l’antre de la grand-mère en Bretagne tantôt le cocon familial et familier de la montagne. Il arrive également que nous sentions la pluie, soudainement et intensément, bien qu’elle n’arrive pas toujours.
Ces longues traversées fouettées par l’air frais sont aussi l’occasion de longs moments d’introspection pour moi, qui ai majoritairement laissé Léo conduire sur ces belles courbes de montagne (nous ne comptons plus les « sharp curves ahead »). Un rien dans le paysage me fait voyager.. Intérieurement. Je respire, je souris (avant qu’un énième insecte me rappelle de fermer la bouche hahaha), je vis. Un ralentissement, un virage en épingle viennent m’arracher doucement à ma rêverie et me ramener au moment présent. Quelle chance d’être ici et maintenant ! Tout cela m’est bien sûr permis grâce à la confiance aveugle que j’ai en celui qui guide notre bolide. Que c’est bon d’être ensemble ! Nous commentons le paysage tour à tour, et nous félicitons de n’avoir pas cédé à la facilité et au petit coût du scooter 125cc. Un rayon de soleil vient nous caresser et nous soupirons en cœur que « ça fait du bien ! ». De l’autre côté du col, ce sont l’humidité et la fraîcheur qui prennent le dessus. Nous rajoutons une couche à notre tenue. Quelques minutes plus tard, nous étouffons : il fait lourd et chaud. Nous adaptons nos vêtements. Bref, vous l’aurez compris, l’important c’est le chemin ! Une aventure à lui seul !

Premier Jour

0 km : Départ de Chiang Mai vendredi 14 décembre.

4 km : Arrêt sur le périphérique par la police. Ils contrôlent principalement les occidentaux qui louent les scooters sans avoir de permis. Heureusement, ce n’est pas notre cas. Les policiers nous arrêtent donc, tout sourire, sûrs d’eux. Malheureusement, nous sommes en règles. Après avoir donc ouvert tous nos sacs, ils nous aident gentiment à remettre tout en place.

20181214_121913

6 km : Re-arrêt, par d’autres policiers, le même sourire aux lèvres. Bon, on est toujours en règles malheureusement pour eux. Il faut noter que si ça n’avait pas été le cas, l’amende s’élève à 500 bahts (12 euros), mais vous avez un passe-droit pour 7 jours afin de continuer à conduire le scooter, même sans permis.

97 km : Nous décidons de sortir de la route principale afin d’aller voir une cascade. Ce sont un peu la spécialité des roadtrips, les cascades. Elles sont TOUTES indiquées sur les cartes. Arrivés sur le parking, on nous demande de payer pour aller plus loin, et de payer le parking du scooter. Alors même que la cascade est visible depuis là où nous sommes. Alors on rebrousse tranquillement chemin.

_MG_9428

133 km : Alors que nous arrivons à la fin de notre première journée de voyage, déjà 6 heures de route. Oui, les distances, c’est comme à Paris, il faut compter en temps de trajet, pas en distance. De plus, entre Chiang Mai et Pai, il y a exactement 762 virages. On n’a pas compté, ça fait parti de la pub de Pai. Ainsi, après cette journée de route, nous voyons un parking avec de très nombreuses motocyclettes. Nous sommes arrivés au Pai Canyon, l’un des centres d’intérêt autour de la ville. De plus, il est exactement l’heure du coucher de soleil. Parfait, profitons.

IMAG1027~2IMAG1028~2

144 km : Arrivée de nuit à Pai. Une fois notre auberge trouvée, nous descendons la rue principale pleine de petites échoppes.

IMAG1036~2

Deuxième Jour

295 km : La route est jusque-là magnifique. Nous faisons des petits stops aux sommets des collines que nous traversons. Les routes montent et descendent les collines. Elles ne les contournent pas. Beaucoup de dénivelé donc. Bref, la route est sublime, le temps aussi. Au lieu de rejoindre directement notre étape du soir, nous nous dirigeons vers le village de Ban Rak Thai. C’est dans ce village chinois que nous avons traversé la frontière birmane. Oui, vous avez bien lu. Une communauté chinoise s’est installée dans ce lieu caché : un lac encerclé de collines, à la frontière birmane.

IMAG1046~2

Les toits de ce village sont réalisés en feuilles séchées. C’est une jolie mosaïque.

_MG_9519 - CopieNous nous sommes amusés à franchir la frontière birmane, qui consistait en l’absence de frontière : un panneau recouvert par la forêt, des chevaux pour douaniers.

325 km :  Nous atteignons ici la ville de Mae Hong Son, qui donne son nom au tour. Nous avons atteint la ville après 1864 virages. En sachant que lors de la première journée, il y a 70 km de ligne droite, cela nous amène à un virage (et je parle de virage la tête en bas les pieds en l’air, pas d’une légère inflexion de la route) tous les 130 mètres. C’est beaucoup. Nous sommes accueillis dans une charmante famille, qui nous donne plein de bons conseils pour la suite de notre voyage.  Clémence offrira un joli portrait de la petite fille. Ensuite, marché de nuit à nouveau. Le manger, c’est important. Pour ma part, je goûterai les spakettis (ouioui, avec un k) chinoises. Yummy !

Troisième Jour

462 km : après 2 heures de superbe conduite par Clémence, je prends le guidon, mais la faim ne tarde pas à rattraper ma passagère. Nous nous arrêtons dans un petit village au milieu de nulle part : Ban Pang Kia. L’anglais est en option, alors nous montrons un p’tit plat qui sera fort bon.

_MG_9536Un certain air de nos montagnes.

_MG_9547

519 km : Notre destination s’appelle Mae Chaem. C’est une petite ville au pied du sommet de la Thaïlande : le Doi Inthanon. L’idée est de monter à 2565 mètres pour assister au lever de soleil. Nous arrivons donc dans une petite propriété, hors des cartes. Tenue par un couple franco-thaï très enjoué, nous nous voyons invités pour aller à la piscine du village. Le bassin dans lequel une source d’eau délicieuse coule nous accueille, avec d’autres habitants du village. Ce soir, c’est camping chez l’habitant! Et dodotôt car levétôt.

IMAG1103~2IMAG1108~2IMAG1096~2

Ce gibbon est en chaîne pour une « bonne » raison. Il a été récupéré bébé par le monastère, qui l’a laissé se balader en liberté. Malheureusement, il a la fâcheuse habitude d’aller dans tout le village et de tout casser dans les maisons. Il est donc principalement  tenu en captivité, mais parfois il se balade, et les moines se marrent en entendant les bruits de vaisselles cassés avant de ramener le gibbon dans le monastère.

_MG_9601

Photo bomb par la Station Spatiale Internationale.

Quatrième Jour

544 km : Après un départ à 5h20 du mat’ (pas si tôt, étant donné qu’on approche du solstice), nous arrivons au sommet, entourés d’une bonne centaine de touriste. Il faut avouer que nous nous y attendions pas. Nous sommes arrivé par le versant inhabituel. En temps normal, les gens viennent directement de Chiang Mai. Ainsi, nous avons assisté au plus beau lever de soleil de notre vie, rien que ça. Les photos de lever de soleil ne sont pas faciles à faire…

IMAG1136~2

IMG_9626

Juste à côté du parking où nous avons assisté à ce lever de soleil, les portes des Great Holy Pagodas s’ouvrent tout juste. Nous y allons donc, premier et seuls, pour quelques dizaines de minutes.

_MG_9664_MG_9670_MG_9717

647 km :  retour à Chiang Mai. Nous nous sommes régalés de cette route, de ces vues, des gens, du temps. Bref, 4 jours parfaits.

Notre prochaine étape sera Chiang Rai, et son temple blanc, avant de franchir la frontière pour le Laos. « Gibbon’s Experience » nous attend, comme son article dédié !

Mais là tout de suite, excusez-nous, mais on va manger la dinde !

Joyeux Noël à tous !

Bises à tous.

Léo et un peu Clém (qui vous aime) quand même.

2 réflexions au sujet de “Un tour à motocyclette : le Mae Hong Son loop”

  1. Voilà une belle virée dans les montagnes de Thaïlande. Nous nous penchons avec vous dans les virages… jusqu’au sommet de cette belle montagne. En effet, les paysages rappellent ceux qui nous sont familiers… mais pas pour longtemps, un temple ou une maison thaï nous rappelant que vous êtes bien dans le lointain sud-est. Revient sans cesse ce sens d’ l’accueil qui semble un élément marquant des thaïlandais et de leur culture. mais vos pérégrinations à venir montreront peut-être que cette empathie pour l’étranger est plus largement partagée. Bonne suite, heureux arpenteurs !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.